Coran: Sourate 7 Al Araf 6

Un rapide coup d'?il sur sa biographie nous fait découvrir la modestie et la sobriété que le prophète a réunies dans sa personne et à travers lesquelles il a montré, clairement, la noblesse de sa moralité et l'honnêteté de sa conduite. Mieux encore, ces deux qualités furent les preuves de sa fonction et de sa mission. Le signe de son ascétisme se remarque aisément dans le fait qu' « Il ne laissa, après sa mort, ni dirham ni dinar, ni esclave, homme ou femme, ni autre chose à l'exception de sa mule blanche, ses armes et un terrain qu'il a ordonné d'en faire une aumône.» . La terre en question se trouve à Feddak. Le khalife du prophète, Abou Bakr Es-Saddîq, refusa de la considérer comme héritage. Il s'appuya sur le hadîth dans lequel le prophète a déclaré : « Nous, les messagers divins, ne laissons aucun héritage, tout ce qui reste de nos biens terrestres, après notre mort, sera distribué comme aumône. » Il ajouta : « Je n'omettrai rien des recommandations du messager de Dieu (B.S.D.L). Je l'imiterai dans tout point. J'ai peur, en oubliant certaines d'entre elles, de dévier de l'Islam.» Tout ce que le prophète a laissé n'est point un héritage qui risquerait d'être un objet de mésentente entre les membres de sa famille après lui. Ceux-ci doivent, avant tout, régler ses dettes. Le prophète trépassa alors que son armure était hypothéquée chez un Juif d'une valeur de trente mesures de blé. Il faisait bien attention de ne point quitter ce monde éphémère en ayant acquis des butins. Son épouse, A-ichah, - que Dieu soit satisfait d'elle a confié qu'elle avait, chez elle, quelques bijoux en or. Son noble mari lui demanda un certain jour : « Où sont les pièces en or? Que pense Mohammed de son Dieu s'il LE rencontre alors que ces bijoux sont encore en sa propriété? Dépense-les! » Son indifférence par rapport aux honneurs est égale à son désintéressement aux plaisirs de posséder des fortunes. Un homme l'interpella et lui dit : « Ô notre maître et fils de notre maître, toi qui es le meilleur d'entre nous et le fils du meilleur parmi nous.» Une fois à la mosquée, il s'adressa à son auditoire et leur recommanda : « Ô gens cultivez votre crainte de Dieu, ne laissez pas Satan vous tromper, je suis Mohammed ibn Abdellah, le serviteur de Dieu et Son messager. Je fais le serment par Dieu que je n'aime pas que vous m'élevez au-dessus de la place que m'a octroyée le Seigneur qu'IL soit exalté et glorifié- »

Retour

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.